SNUDI11FO...
Section 11
10 Bld Commandant Roumens - 11000 Carcassonne | 06 83 84 93 59 | snudi-fo11@orange.fr

Syndicat des Instituteurs, Professeurs des Écoles, EVS et AVS
Espace Adhérents

Compte rendu du CDEN du lundi 28 novembre 2016
Publié; le 9 décembre 2016 | Admin

FORCE OUVRIERE force et liberté « contre toute emprise politique »

Points sur la rentrée scolaire 2016 – 2017

Une rentrée apaisée ?... Alors que contrairement à l’opération de communication de la Ministre sur la création de 54000 postes, les suppressions des postes, les fermetures d’écoles et d’établissements se poursuivent et les conditions d’enseignement ne s’améliorent pas.
Sur le plan national , le nombre d’élèves a augmenté de 103 000 alors que le nombre de postes supprimés a atteint 1700.

Constat dans l’Aude :

Une démographie dynamique dans le département (+1000 élèves) avec une augmentation des effectifs sur le littoral de Narbonne depuis 2015.
Bilan des propositions de mesures de carte scolaire :
Maternelle 5 ouvertures / 5 fermetures
Elémentaire 11 ouvertures / 5 fermetures
PDMQC 5 ouvertures
TRBD 2 ouvertures
+ 3 ouvertures dispositif TPS

Le SNUDI FO 11 a de nouveau dénoncé les fermetures de classe à la rentrée de septembre toujours préjudiciables pour les équipes pédagogiques, pour les élèves et pour les personnels en poste, impactés par ces mesures.

Scolarisation des élèves en difficultés ou en situation de handicap

*486 élèves scolarisés en SEGPA répartis sur 8 établissements soit 36 divisions (une moyenne de 13 ,5 élèves /classe)
*289 élèves scolarisés en ULIS écoles (-9 élèves par rapport à la rentrée 2015)
*453 élèves du département bénéficient d’une notification d’accompagnement par un AESH-I
*356 élèves bénéficient de la dotation de matériel adapté
A noter qu’il existe une distorsion entre les notifications MDPH et le recrutement des AESH (parfois le nombre d’heures allouées n’est pas précisé sur la notification MDPH, parfois le nombre d’heures allouées n’est pas compatible avec le support budgétaire, un problème de recrutement d’AESH existe dans les zones rurales très isolées.)
70 places environ manquent toujours dans les instituts spécialisés ( ITEP et IME )

Scolarisation hors éducation nationale

*Rentrée 2015 : 27 élèves qui suivent une scolarité au CNED
47 élèves suivent une scolarité dans un établissement privé hors-contrat
Rentrée 2016 : 140 élèves au CNED
160 élèves suivent une scolarité dans un établissement privé hors-contrat
* * * * *
Les derniers chiffres publiés par la DGSCO constatent ces dernières années une fuite des effectifs vers l’enseignement privé sur le plan national
Pour le SNUDI FO cette augmentation est la :
- conséquence de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires qui n’est pas soumise aux écoles privées sous contrat et hors contrat…. ?
- conséquence de la réforme du collège qui favorise un enseignement « transdisciplinaire », réforme qui elle aussi institue l’inégalité, la différence et la concurrence entre les 5 000 collèges de notre pays. Avec elle, les enseignements disciplinaires sont réduits, les horaires varient d’un établissement à l’autre.
La mixité scolaire est de plus en plus mise à mal. Ce problème doit être une préoccupation de tous les élus.

Carcassonne : la mairie offre des bâtiments d’école à une école privée hors-contrat au dépens de l’école publique
La FNEC FP FO 11 est intervenue auprès du Préfet de l’Aude concernant la préemption d’une partie de la cour et d’un bâtiment de l’école Marcel Pagnol à Carcassonne afin de l’attribuer à une Institution privée hors contrat.

La FNEC FP FO 11 ne peut accepter que la délibération du conseil municipal indique que les lieux préemptés ne sont pas utilisés par l’école ! C’est faux ! La mairie met à disposition de cette école privée hors-contrat un bâtiment utilisé par l’école publique notamment pour des salles d’art. La mairie ôte à l’école publique la partie la plus agréable de la cour celle avec les arbres et la piste d’athlétisme !
La délibération du conseil municipal indique que le préfet a donné un avis favorable à la désaffection des locaux pour les attribuer à cette école privée hors-contrat, pourtant quand nous avons demandé au préfet de retirer son avis il a paru surpris d’avoir émis un avis sur cette situation.

Force Ouvrière suit le dossier afin que le service Publique ne soit pas mis à mal et que le principe de LAICITE soit respecté !

DISCOURS LIMINAIRE

Monsieur le Préfet, Madame la Directrice Académique,
Mesdames et Messieurs les membres du CDEN

Pour la FNEC FP FO, contrairement à l’autosatisfaction affichée par Madame la Ministre, cette rentrée est loin d’être une rentrée apaisée.

« Rentrée apaisée » alors que contrairement à l’opération de communication de la Ministre sur la création de 54000 postes, les suppressions des postes, les fermetures d’écoles et d’établissements se poursuivent et les conditions d’enseignement ne s’améliorent pas.Le nombre d’enseignants titulaires en 2016 est au niveau national inférieur à celui de 2012 alors que le nombre d’élèves a augmenté. Pour le premier degré, entre 2008 et 2016, le nombre d’élèves a augmenté de 103 000 alors que le nombre de postes supprimés a atteint 1700. Cette année encore, 1354 postes au concours n’ont pas été pourvus.Le recours aux contractuels se généralise avec des situations où des collègues non titularisées à l’issue de leurs années de formation se retrouvent embauchés et mis directement sur le terrain. Jugés non aptes à enseigner comme fonctionnaires ils se retrouvent aptes à enseigner comme contractuels devant les mêmes élèves.

« Rentrée apaisée dans les écoles » alors que la Réforme des rythmes scolaires est toujours dénoncée par les collègues, discutée par les parents, non unanimement validée par les élus et surtout subie par les élèves. Nous dénonçons à nouveau le manque de cadrage national concernant les heures d’entrées et de sorties des classes, avec des établissements scolaires qui libèrent le vendredi après-midi voir le jeudi après-midi dans certaines communes .L’école gratuite relèvera bientôt du mythe car la gratuité des TAP est remis en cause , sans oublier des tentatives d’ingérence politique dans le fonctionnement des écoles au nom du Projet Educatif Territorial. Pour toutes ces raisons La FNEC FP FO revendique l’abrogation de la réforme dite des rythmes scolaires.
Réforme qui remet en cause l’école publique, gratuite et égalitaire.
Imposée contre la quasi-totalité des syndicats et des enseignants, la réforme des collèges elle aussi institue l’inégalité, la différence et la concurrence entre les 5 000 collèges de notre pays. Avec elle, les enseignements disciplinaires sont réduits, les horaires varient d’un établissement à l’autre, tout cela provoque tensions, fatigue et désorganisation au sein des équipes. De la même manière, la FNEC FP-FO réaffirme son refus des contrats d’objectifs tripartites Rectorat / Collectivité territoriale / Établissement qui renforcent l’intrusion des collectivités territoriales dans la gestion des collèges et lycées, et qui visent à faire des personnels de direction, qui sont des fonctionnaires d’État, des agents au service des choix des pouvoirs locaux et des régions, les plaçant sous le joug des élus qui évalueront les choix pédagogiques de l’établissement. La FNEC FP FO refuse des programmes et des horaires différents d’un établissement à l’autre, comme certains voudraient un code du travail différent d’une entreprise à l’autre. Pour FO, cette réforme doit être abandonnée.
Les derniers chiffres publiés par la DGSCO soulignent combien ces réformes sont destructrices pour l’enseignement publique. Ces réformes engendrent une fuite des effectifs vers l’enseignement privé au niveau national et qui existe principalement au niveau secondaire.
Ce problème doit être une préoccupation de tous les élus.
Pour ce qui concerne la question de la carte scolaire départementale justement nous souhaitons évoquer la situation de l’école Marcel Pagnol à Carcassonne (cf les sarments Christelle à compléter)
Nous souhaitons à nouveau souligner la volonté départementale de préserver un maximum d’école rurale dans les mesures de carte scolaire. C’est favoriser le maintien d’un service publique d’éducation c’est établir un rempart contre la scolarisation dite « à domicile » de plus en plus répandue dans notre département. Cette politique doit être maintenue voir renforcer lors des prochaines propositions de mesures de carte scolaire. Je vous invite par ailleurs à consulter le site de la FNER (Fédération Nationale pour l’Ecole Rurale) qui précise que « la petite école n’est pas un problème mais une chance, que maintenir l’école rurale à des enjeux écologiques, éducatifs, territoriaux et sociétaux. »
Nous regrettons par ailleurs toutes les fermetures de rentrée en particulier la fermeture d’une classe maternelle à Sigean .Les fermetures de rentrée ont toujours un impact négatif sur l’organisation pédagogique des écoles et donc sur les enfants qui se retrouvent dans des classes plus chargées. La FNEC FP FO dénonce à nouveau les fusions d’école ou « absorption d’une école par une autre », entrainant la mise en place de grosses structures scolaires au détriment d’école à la gestion plus humaine.

Nous tenons à souligner à nouveau les réponses apportées par l’administration ces deux dernières années à un ensemble de revendications des collègues du REP Brassens à Narbonne. L’implantation de trois postes de « PDMQDC » ,l’ouverture d’une classe à l’école élémentaire Mathieu Peyronne et Emile Zola, l’ouverture d’une classe en maternelle à Paul Bert sont l’expression de la reconnaissance des conditions de travail de plus en plus difficiles dans ce secteur. C’est pourquoi, la FNECC FP FO revendique à nouveau l’implantation urgente d’un poste de maitre spécialisé option G dans le REP Brassens. Comment peut- laisser de nombreux enfants de ce secteur sans soin à visée rééducative. Il y a urgence !
De même, il manque toujours des places en Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP) en IME (institut médico-éducatif) et en ULIS dans notre département. Malheureusement de plus en plus d’élèves nécessitent des soins particuliers et l’institution ne peut répondre à cette demande. (à compléter) revendication)

Le seul but étant de réduire toujours plus la dépense publique au mépris des droits des citoyens et de la jeunesse, ainsi que de l’égalité de traitement sur le territoire de la République. Dénationaliser pour privatiser tout ce qui peut être source de profit, cette politique ne génère qu’exclusion, pauvreté et injustices, et c’est pourquoi elle rencontre l’opposition résolue de Force Ouvrière.

cale
SPIP 3.0.17 [21515] habillé par le Snudi Fo